Abstracts

Jeudi 28 mai

Peter Singer, Princeton University,
« Animal Liberation: Forty Years On »
Animal Liberation is both a work of philosophy, and a call for radical change in the way humans think about and treat animals. On the fortieth anniversary of the book's publication I will therefore do two things:
1. I will reflect on the philosophical debate about the book's key ideas of speciesism and equal consideration of interests; and
2. I will discuss the progress that has been made towards changing the way animals are treated, and how we may overcome obstacles to further progress.


Federico Zuolo, Université de Pavie,
« What’s the Point of Self-Consciousness? A Critique of Singer’s Argument Against Killing (Human or Non-Human) Self-Conscious Animals »
To assess the moral permissibility of the killing of a being Singer distinguishes between merely conscious beings and self-conscious beings. The death of the formers is wrong only insofar as it precludes future enjoyable experiences. But the formers may be replaced by bringing to life new similar beings. This is not permissible for self-conscious beings, who are not replaceable qua biographically valuable and individually distinguished. In this paper I want to challenge the overall tenability of Singer's argument against the killing of self-conscious beings because of its possibly inconsistent appeal to diverse and incompatible underlying value theories.
Singer claims that taking life of a self-conscious being is wrong because killing “thwarts” the preferences about the future. There are three possible answers to the question of why it is so deeply wrong to thwart through killing one's preferences about the future. The first account holds that the wrongness of preference thwarting lies in the subjective experience of frustration. The second account holds that the wrongness of preference thwarting is independent of its being perceived in the consciousness of the individual. The third holds that the wrongness of preference thwarting constituted by killing rests on the annihilation of the capacity to form preferences and pursue them in practice. I argue that the first cannot explain why killing a self-conscious being is so wrong; the second leads to implausible implications (and Singer would probably not accept it); and, finally, the third lurks in the background of Singer's theory and would be the only convincing argument. But it has a non-utilitarian pedigree and its full recognition would be at odds with the overall utilitarian foundation of Singer's theory. I conclude that Singer cannot provide a convincing argument why killing self-conscious being is by and large more wrong than killing merely conscious beings.

Enrique Utria, Université de Rouen,
« Évolutions et problèmes de la théorie de la valeur de Peter Singer »
Nous nous attacherons à décrire les différentes évolutions de la théorie de la valeur, ou théorie du bon (good), de Peter Singer, et montrerons qu'elles laissent le problème du remplacement des personnes non résolu. Dans la Libération animale (1975), la théorie de Singer, relativement indifférenciée, semble s'inscrire dans la tradition hédoniste. Se pose alors le problème de savoir si tuer un animal sans douleur, et le remplacer par un autre, est un problème moral. Dans ses Questions d'éthique pratique (1979, 1e éd.), Peter Singer répond à cette question en adoptant une théorie préférentielle de la valeur. Il semble alors en mesure d'argumenter que le meurtre d'un animal capable de préférer la continuation de sa propre existence est condamnable. Le problème, comme l'a bien vu H. L. A. Hart, est que l'utilitarisme est une théorie par essence maximisatrice. Les satisfactions de préférences doivent pouvoir être maximisées. Un être qui préfère continuer de vivre doit pouvoir être remplacé par un autre. Dans la deuxième édition du même ouvrage (1993), Singer tente de répondre à ce problème en adoptant une théorie déontique à double niveau, et en développant plusieurs métaphores, en particulier un « point de vue du débit ». Cette solution est une victoire à la Pyrrhus : si elle permet bel et bien d'interdire le remplacement des êtres conscients d'eux-mêmes, elle légitime dans le même temps l'éradication de tous les êtres sensibles. Dans la troisième édition du même livre (2011), Singer « suggère » l'existence d'une « valeur impersonnelle » indépendante des préférences. Je montrerai que cette solution pose un dilemme : soit elle légitime à nouveau le remplacement, soit elle amène Singer à soutenir une théorie déontologique de la valeur inhérente.

Lori Gruen, Wesleyan University,
« Entangled Empathy: An Alternative Animal Ethic »
Rather than focusing on rights or welfare, we ought to focus our ethical attention on our relationships with other animals.  We can improve these relationships by empathetically responding to each other’s needs, interests, desires, vulnerabilities, hopes, and unique perspectives and by acknowledging the ways that we shape each other in our encounters.


Rainer Ebert
, Rice University,
« The Wrongness of Killing Animals »
There are few moral convictions that enjoy the same intuitive plausibility and level of acceptance across cultures and traditions as the conviction that, normally, it is morally wrong to kill people. Yet, as far as I can see, no moral philosopher has ever provided a satisfactory explanation of why that is so.
Utilitarians argue that killing is morally wrong, when it is wrong, because it fails to maximize utility. The impact of a particular killing on the victim, his or her relatives and friends, and society more generally will typically make the outcome of that killing bad, and worse than the outcome of all alternative actions. While utilitarianism explains the wrongness of killing in terms of its consequences for the world, harm-to-the-victim accounts explain the wrongness of killing in terms of the harm killing an individual inflicts on that individual. Finally, respect-based accounts see the wrongness of killing in its typically involving a failure to show due respect for the victim and his or her intrinsic worth.
I will argue that none of these attempts to explain the wrongness of killing is successful. Paying close attention to the different ways in which they fail will allow me to outline a new account of the wrongness of killing. I will argue that the reason that typically makes killing normal adults morally wrong equally applies to atypical humans and a wide range of non-human animals. My account hence will challenge the idea that killing a non-human animal is normally easier to justify than killing a human being. This idea has persisted in Western philosophy from Aristotle to the present, and even progressive moral thinkers and animal advocates such as Peter Singer and Tom Regan are committed to it. I will argue that, once we understand the ground for the moral objection against killing, we have to recognize that the anthropocentrism that makes it a priority that humans beings not be killed cannot rationally be maintained.

Frédéric Côté-Boudreau, Queen's University,
« Le nombre de victimes ou la souffrance des victimes ? Singer et Regan sur la conclusion répugnante de Parfit »
Une approche comme celle de Peter Singer conclut que, à défaut de pouvoir abolir les différentes formes d'exploitation animale, il faut trouver des moyens de réduire les souffrances éprouvées par ces animaux. Le problème est que cette réduction peut être comprise de deux manières pouvant entrer en contradiction : réduire la souffrance totale ou réduire la souffrance moyenne. Il s'agit bien de deux variables indépendantes dans la mesure où, d'un côté, réduire le nombre de victimes sans changer les conditions d'élevage mènerait à une réduction de la souffrance totale alors que, de l'autre côté, il serait possible qu'améliorer les conditions d'élevage conduise à augmenter à long terme le nombre de victimes, ce qui résulterait alors en une plus grande souffrance par agrégation.
Quel scénario faut-il privilégier? Devons-nous réduire la souffrance des victimes actuelles au risque de condamner de futures victimes à ce triste sort, ou devons-nous sacrifier les générations actuelles afin de prévenir des naissances d'individus voués à souffrir tout autant? En réalité, ce type de problème partage des similitudes avec la conclusion répugnante exposée par Derek Parfit, à la différence que les paramètres sont inversés. En effet, au lieu de comparer deux sociétés d'individus heureux ou relativement heureux, il s'agit cette fois de comparer deux scénarios d'individus malheureux.
Au cours de ma présentation, je détaillerai comment différentes versions de l'utilitarisme, incluant celle de Singer, peuvent répondre à ce problème, et en même temps quelles seraient ses implications quant à la conclusion répugnante. Je contrasterai ensuite cette méthode d'analyse avec une approche déontologique basée sur les principes de Tom Regan.

Eze Paez, Université Pompeu Fabra,
« Interests Without Desire. The Badness of Death in Hedonistic Utilitarianism »
 In Animal Liberation (1975), Peter Singer grounds the rejection of speciesism and the discriminatory practices against nonhuman animals on the principle of equal consideration of interests. The application of this principle presupposes the identification of both the set of morally considerable subjects —sentient beings— and the interests which might be affected by our actions.
Regarding the latter, all sentient beings have, uncontroversially, an interest in experiencing pleasure and avoiding suffering. Nonetheless, it has been widely debated under what conditions sentient beings possess an interest not to die. Singer's (2011) answer during these forty years was based on preference utilitarianism. An interest not to die presupposes a desire to continue to live. Since only individuals with sufficiently complex cognitive capacities can conceive of themselves as temporarily extended entities, it is only these individuals that suffer a loss in dying. Other sentient beings do not, even if they would have led a happy life.
Recently, however, Singer (2014) rejected preferentialism in favour of hedonist utilitarianism. He has failed, though, to specify the details of his new outlook on the badness of death and the wrongness of killing. In my presentation I shall explore the new theoretical possibilities open to him. In particular, I will consider whether identity is what matters in survival, as opposed to some psychological relation. As to the latter, I will discuss whether interests in living are time-neutral or time-relative. Finally, I will address the broader implications of these views for our treatment of nonhuman individuals.

Valéry Giroux, Université de Montréal,
« Une libération sans droit à la liberté ? »
Contrairement à ce que le titre de son célèbre ouvrage indique, Peter Singer ne réclame pas la libération animale à proprement parler. Alors que les mouvements sociaux dont il s’inspire ont voulu étendre à divers groupes minoritaires les droits jusqu’alors réservés à certains individus seulement, Singer critique la notion de droits individuels et ne cherche pas à ce qu’ils soient accordés aux animaux non humains sensibles. Le but de ma communication est de montrer que le projet de Singer devrait pourtant l’amener à exiger que les droits les plus fondamentaux de la personne, y compris le droit à la liberté, soient octroyés à tous les êtres sensibles. Certes, l’utilitarisme de l’acte duquel Singer se revendique peut sans doute expliquer sa réticence à défendre des droits forts pour les animaux.  Après tout, cette approche normative ne permet que l’on interdise les mauvais traitements, la mise à mort ou l’utilisation des animaux pour nos fins que lorsqu’une telle prohibition promet d’optimiser l’utilité générale. Or, le travail de certains auteurs vise précisément à montrer que les droits constituent le mécanisme le plus efficace pour maximiser le bien-être dans le monde. En outre, Singer lui-même semble prêt à reconnaître la pertinence des droits fondamentaux lorsque certains animaux en particuliers sont concernés. Dans le Projet Grand Singes, il réclame en effets de tels droits pour les primates. Enfin, la combinaison du principe de l’égale considération des intérêts auquel Singer adhère et d’une conception d’inspiration néo-républication de la liberté mène à l’abolition de l’exploitation par les êtres humains des autres animaux. Dans un contexte où les droits de la personne ont l’importance qu’on leur connaît, la justice animale requière l’attribution du droit fondamental à la liberté et du statut de personne à tous les êtres sensibles. La libération des animaux implique la fin de leur domination.

Florian Couturier, Université de Grenoble 2,
« L’argument des cas marginaux. Quelle signification pour la ‘norme de l’espèce’ ? »
Nous entendons exposer les différences et les convergences dans la pensée de Peter Singer et de James Rachels. Sur la base de ces convergences, et via une analyse portant sur la signification de la "norme de l'espèce", nous entendons établir la solidité d'une perspective individualiste et impartialiste.

 

Vendredi 29 mai

Jean-Yves Goffi, Université de Grenoble 2,
« Contours et courants de l'éthique animale contemporaine »
L'éthique animale, distincte de la philosophie de l'animalité, a été profondément renouvelée par le livre de Peter Singer, Animal Liberation. Après avoir montré brièvement le sens de ce renouvellement, on indiquera en quoi des analyses contemporaines prétendent contester frontalement les thèses de Peter Singer (Roger Scruton) ou bien opérer une synthèse de celles-ci avec celles d'une théorie des droits (Gary Francione) ou bien encore aller au-delà d'une posture éthique en les inscrivant dans une approche politique (Sue Donaldson and Will Kymlicka).


Maude Ouellette-Dubé, Université de Genève,
« Humains, non-humains : sur les émotions morales »
Le mouvement de libération animal, bien que caractérisé par différents types d'approches théoriques (études critiques, welfarisme, abolitionnisme, droits des animaux, etc) semble néanmoins uni par la volonté de mettre un terme à la souffrance et à l'exploitation que les humains imposent aux non-humains. Ceux qui défendent ce mouvement tentent notamment de rendre évident pour les autres humains le fait que les non-humains ont des intérêts à satisfaire, que leur souffrance est analogue à la souffrance humaine et que de nombreuses pratiques humaines briment ces intérêts et cause de la souffrance. Or, 40 ans après la publication d' Animal Liberation, il semble nécessaire de se demander pourquoi la pratique ne reflète pas la richesse théorique sur le sujet. Est-ce que le succès du mouvement repose encore sur les arguments théoriques convaincants quant à l'inadmissibilité de nos pratiques ? Dans cette présentation je vais discuter d'une des facettes de la libération animale, une qui, je le crois, si elle peut être mieux comprise et mieux outillée, fera grandement avancer la cause. Je vais discuter du cas où des personnes adultes portent un jugement moral sincère vis-à-vis d'une situation particulière ou général concernant les non-humains, tel jugement qui devrait solliciter une prise d'action, mais, et c'est ce qui soulève un questionnement, ne le font pas. C'est le cas où les jugements moraux n'arrivent pas à motiver.  À travers un cas concret, celui des habitudes alimentaires, je présenterai un schéma expliquant pourquoi il semble que ces types de jugements sont sincères, pourquoi ce comportement diffère du phénomène d'akrasie et je proposerai certaines pistes de solutions pouvant nous aider à comprendre, mais également à régler, l'inconsistance dans le comportement moral de ces agents. Je suggèrerai notamment que ce serait à cause d'émotions morales inappropriées que leurs agissements ne reflètent pas à leurs jugements sincères. D'un point de vue pratique, j'estime qu'il pourrait faire grandement évoluer le mouvement de libération animal et donner une perspective claire quant aux prochaines étapes nécessaires pour son expansion que de comprendre pourquoi de nombreuses personnes, bien que d'accord en théorie avec le mouvement, restent pourtant dans l'inaction du point de vue pratique.

Martin Gibert, Chercheur affilié au GRIN / researcher affilitated with the GRIN,
« L’exception parisienne, le rigorisme et le laxisme moral »
Peter Singer n'a pas développé de théorie (métanormative) sur la manière d'appliquer les principes moraux en faveur du bien-être animal. Pourtant, chacun des principes que défend Animal Liberation, à commencer par le boycott des produits animaux non nécessaires, peut être interprété de façon plus ou moins laxiste ou rigoriste.
Singer est bien connu pour avoir âprement condamné l'élevage industriel et la consommation d'aliments qui en est issus. Mais il l'est aussi pour avoir défendu « l'exception parisienne », c'est-à-dire la possibilité d'acheter occasionnellement des produits d'origine animale. De même, certains véganes consomment parfois des produits non véganes (vin, bière, miel, coquillages). Est-ce que ce laxisme est moralement justifiable ?
Je soutiendrai qu'on peut répondre à cette question par l'affirmative. En s'appuyant sur un conséquentialisme de la règle, on peut défendre la nécessité d'imposer le véganisme. Mais en ayant recours à certaines hypothèses relevant de la psychologie morale, on peut aussi soutenir que le respect de cette règle est optimisé lorsqu'il est toléré qu'elle soit parfois enfreinte.
En définitive, la question est largement empirique. Si suffisamment d'agents moraux se révèlent mieux disposés à respecter une règle lorsque certains écarts sont autorisés, le laxisme entraine de meilleures conséquences morales que le rigorisme auquel on l'oppose. Toutefois, il est aussi possible qu'un tel laxisme érigé en modèle ait l'effet contraire : il pourrait dédouaner les agents qui commettent trop d'entorses à une règle qu'ils ne prennent plus tellement au sérieux.

Heather Kendrick, Central Michigan University,
« Not Friends, But Allies: The Prospects for Accord Between Kantian and Utilitarian Animal Ethics »
Ever since Peter Singer launched the modern animal rights and liberation movement with Animal Liberation, utilitarianism has been prominent in the field of animal ethics and has continued to be among the most popular and widespread positions among ethicists writing on animal issues. This emphasis on welfare and the reduction of suffering has been challenged by deontologist philosophers of animal rights, such as Tom Regan. More recently, specifically Kantian approaches (for example, that of Christine Korsgaard) have begun to gain prominence. This has resulted in the two traditional foes, Kantianism and utilitarianism, being pitted against each other in the battlefield of animal ethics.
I will discuss the prospects for agreement between the Kantian and utilitarian animal ethics approaches, focusing on how much or little the stark theoretical contrasts lead to disagreement on practical issues affecting animals. My intention is to show that although there are areas in which they will never agree, there are many more points of agreement than may be supposed at the outset. The mistake often made is to suppose that the Kantian tradition has no concern for issues of welfare and happiness. This is, I believe, a misleading and caricatured view of Kantian ethics. I will argue that Kantian ethics does (or can) place a high value on happiness and satisfaction, and that this makes it possible for Kantian and utilitarian ethicists to agree on many real-world issues.

Thomas Lepeltier, Chercheur indépendant / independent scholar,
« L’utilitarisme de Peter Singer et l’expérimentation animale »
En tant qu'utilitariste, Peter Singer estime qu'une action n'est pas bonne ou mauvaise en soi. La légitimité d'un acte dépend uniquement de ses conséquences. Si tuer 100 singes permet de sauver 40 000 vies humaines, cette action est, aux yeux de Singer, moralement justifiable. Mais Singer, en tant qu'anti-spéciste, estime aussi que des expériences sur des singes ne peuvent être légitimes que si on est prêt, pour ne pas être spéciste, à faire les mêmes expériences sur des êtres humains ayant des capacités cognitives similaires à celles des animaux hon humains, comme les fœtus, les nouveau-nés, les handicapés mentaux profonds et les personnes séniles (l'utilitarisme des préférences de Singer le conduit en effet à rejeter l'idée de pratiquer les mêmes expériences sur des adultes humains typiques). Autrement dit, pour Singer, des expériences sur des animaux non humains peuvent se justifier si, d'un côté, elles ont des conséquences positives en termes de bien être pour l'ensemble des êtres sensibles (animaux humains et non humains), et si, d'un autre côté, on est prêt à les pratiquer sur tous les êtres sensibles ayant des intérêts similaires, indépendamment de l'espèce à laquelle ils appartiennent. Cette position de Singer, même si elle conduit à restreindre fortement l'expérimentation animale telle qu'elle est pratiquée de nos jours, n'est donc en rien abolitionniste.
Dans cette intervention, nous voudrions toutefois montrer que l'utilitarisme des préférences peut — ou devrait —, d'un point de vue pratique, s'apparenter à la position abolitionniste. D'abord, nous montrerons qu'il est pratiquement impossible de faire des expériences indolores sur des animaux. Ensuite, nous verrons que l'incertitude des conséquences d'une action, qui rend toujours délicate une évaluation de ses coûts et bénéfices, prend une dimension encore plus problématique dans le cas de l'expérimentation animale où les succès sont toujours très hypothétiques, comme dans toute recherche. Enfin, nous montrerons que l'intérêt des animaux non humains à continuer à vivre est plus important que ne l'avance Singer.

Yves Bonnardel, Chercheur indépendant / independent scholar,
« L’idéologie spéciste et les autres idéologies de domination »
Le spécisme en philosophie morale désigne une discrimination arbitraire ; mais, comme les mots racisme, sexisme, etc., spécisme parallèlement désigne politiquement une idéologie visant à justifier la discrimination et l'exploitation des individus de groupes biologisés, naturalisés, réputés inférieurs. L'humanisme, dans son sens d'idéologie “qui place l'humain au-dessus de toutes les autres valeurs” (Larousse) est notamment un spécisme.
Les idéologies spéciste, sexiste, raciste, âgiste, etc., se sont historiquement construites en étroite relation. Elles rejouent toutes la scène cosmogonique d'une partition fondamentale de l'Univers en Humanité et Nature : les dominants, reconnus propriétaires d'eux-mêmes, et censés de ce fait en droit de possèder les autres et le monde, se voient reconnaître une nature supérieure qui leur permet d'émerger de la Nature (par la maîtrise de leur propre naturalité) et d'accéder par leur mérite propre au règne de la liberté, la culture, l'histoire, le social, la civilisation. La nature inférieure des autres les condamne par contre à perpétuer indéfiniment ce à quoi leur nature les détermine, à rester esclaves de leurs pulsions, de leurs instincts, de leur fonction naturelle (reproduire l'espèce...), ce pourquoi ils ne sauraient donc qu'être effectivement esclaves.
L'idéologie de la nature des choses et celle de la Nature comme ordre des choses, sont deux faces d'une même mystique. Vouloir mettre en cause l'abîme qui sépare les uns et les autres, et leur hiérarchie, c'est vouloir détruire l'ordre (cosmique) des choses. L'idée de nature, de par son caractère religieux, permet de court-circuiter l'exigence éthique et politique d'instaurer un monde (plus) juste. L'humanisme, idéologie du suprématisme humain, est fondé sur cette idéologie naturaliste.
Comment sortir d'une cosmogonie constitutive de la modernité, responsable de tant de dominations et de souffrances ? Quel changement de civilisation cela implique-t-il ?

Tatjana Višak, Mannheim University,
« The value of life: comparisons across species boundaries »
When philosophers talk about “the value of an individual’s life”, they can mean two different things: they may refer to the moral status of an individual or to the welfare that the individual experiences and/ or brings about. The former has been called the “Kantian” and the latter the “Moorean” concept of intrinsic value (Bradley 2006). Distinguishing these concepts prevents misunderstanding important aspects of Peter Singer’s moral theory.
Since Singer accords equal moral status to all sentient beings and since having moral status for him means nothing more and nothing less then that one’s welfare is due equal consideration, the Moorean concept of intrinsic value becomes relevant. This involves engaging with cross-species comparisons of the prudential value of lives. After all, one needs to take different individual’s welfare equally into account and one needs to assess the outcomes of one’s options in terms of welfare.
In this presentation, I assess various accounts of welfare in light of their implications regarding cross-species comparisons of welfare. Singer defended some of these accounts at some point in his career. I tend to disagree with Singer about how to do cross-species comparisons of welfare. Nevertheless, we agree, I suppose, that comparisons of the value of lives across species deserve further consideration as part of the ongoing project of advancing (utilitarian) animal ethics and also because of their direct practical relevance.


Patrick Llored, Université Jean Moulin Lyon 3,
« De la libération animale à la démocratie animale. Pour une déconstruction radicale de la violence politique envers les animaux »
L'ouvrage de Peter Singer contient la thèse d'une "égale considération des intérêts" au fondement de l'égalité entre tous les êtres sensibles, au-delà de toute différenciation humaine et animale. Telle est l'une des principales avancées théoriques de l'éthique animale singerienne. Mais cette thèse d'une "égale considération des intérêts" partagés par tout être sensible se caractérise cependant par ce qu'on pourrait appeler un "déficit politique" qui la rend impraticable et donc inapplicable dans les faits et donc dans une stratégie efficace de libération animale. Qu'est-ce qui a manqué à l'utilitarisme singerien pour donner une dimension politique à cette idée majeure et toujours d'actualité ? Dans quelle mesure peut-elle prendre forme politique pour s'inscrire dans une nouvelle conception de la citoyenneté et de la démocratie ouvertes précisément à la prise en considération des intérêts non pas seulement moraux des êtres sensibles et des animaux par conséquent, mais aussi à leurs intérêts politiques dans le cadre d'une démocratie animale où les animaux seraient considéres comme des membres à part entière d'une citoyenneté entièrement repensée à la lumière de leurs intérêts propres et personnels comme co-citoyens ? Cette nécessaire politisation des intérêts propres des animaux donnerait lieu à une conception nouvelle de la libération animale appliquant et réalisant dans les institutions politiques elles-mêmes le programme moral de l'utilitarisme qui reste ainsi à repenser non vers une exclusion des animaux de la sphère politico-morale mais bien plutôt leur inclusion politique radicale. C'est précisément ce projet politique libérateur avec et en même temps contre Singer que nous aimerions expliciter en nous appuyant sur d'autres traditions intellectuelles également libératrices mais ne distinguant pas l'éthique de la politique.

Kim Stallwood, Chercheur indépendant / independent scholar,
« Animal Liberation: Moral Crusade or Political Movement? »
Animal activists seek their objective of animal liberation by promoting cruelty-free, vegan/vegetarian lifestyle choice. This strategy is informed by personal transformative moments (PTM)—individual, powerful situations when the veil of institutional animal exploitation is lifted. The transformation is profound, animal liberation becomes a moral crusade, and animal activists seek to create PTMs for others to experience. These are moral shocks triggered by public educational campaigns (e.g., protests, information dissemination, publicity stunts). Thus, people become animal activists. Ever since its publication in 1975, Peter Singer's Animal Liberation has played a prominent role in making simultaneously a philosophical case and an activist call to action. In spite of its persuasive arguments read by a large audience ranging from interested persons to students, from philosophers to policy makers, Animal Liberation will not be read by all and most likely the animal liberation movement will not convince everyone to go vegan. My paper will assess the impact of Singer's utilitarianism on animal ethics and the animal liberation movement and conclude with a critique of their impact on society. I will argue that animal liberation is more than a moral crusade as it is a public policy issue. I draw from four decades of personal commitment and professional involvement with the animal rights movement in the UK and US. I have witnessed the emergence of animal ethics, from Singer's utilitarianism to natural rights and ecofeminism, and incorporated these philosophical approaches into my animal advocacy.

Anna Zielinska, Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne - Max-Planck-Institut für ausländisches öffentliches Recht und Völkerrecht,
« L’internationalisation du droit animalier a-t-elle besoin des droits moraux ? »
Le problème des droits moraux ou fondamentaux des animaux, ou la question de nos devoirs à leur égard, sont tous deux omniprésents dans l'éthique animale contemporaine. Pourtant, la notion même de droit moral, largement discutée en particulier après la Seconde Guerre mondiale, n'a pas vraiment été analysée dans le domaine des droits de l'animal. En particulier, le travail critique et reconstructif fait sur la notion des droits de l'homme qui ne s'appuie pas sur les prétendus droits moraux ou naturels, n'a pas été fait dans le contexte qui nous intéresse. Et pourtant, étant donné l'internationalisation des questions juridiques, le droit animalier doit se repenser attentivement et en profondeur dans une perspective globale.
Aujourd'hui, comme le note Jean-Pierre Marguénaud, nous avons réellement besoin d'un débat d'un genre nouveau sur le champ de la protection des animaux et des droits, qui n'est pas aussi centré sur les questions éthiques que le débat entre ceux qui défendent les animaux et ceux pour qui ce ne sont que les humains qui sont des sujets légitimes et pleins de l'éthique. Le temps de l'éthique devrait peut-être abandonné pour laisser une nouvelle place du droit (Marguénaud, 2011), plus contraignant et moins aléatoire. A ce moment de l'histoire, on ne devrait plus laisser le choix moral dans certaines circonstances, et l'interdiction juridique devrait s'y supplanter. Ainsi, au lieu d'encourager le consommateur à choisir les œufs poules élevées dans des bonnes conditions, il faut interdire juridiquement les conditions d'élevage inacceptables. La réflexion juridique devrait donc occuper ici une place centrale, avec toutes ses particularités et spécificités.
Ce nouveau type de réflexion engage une autre conception, plus positiviste, des droits. Peter Singer n'en était pas loin dès 1975. Sa perspective utilitariste le conduit à défendre l'idée selon laquelle ce qui compte sont des entités concrètes, à savoir la quantité de souffrance, et non pas des être moraux abstraits qu'il faudrait défendre (les « droits » au sens moral par exemple (Singer, 2001, p. 8)). Toutefois, cette invitation (héritée de Bentham) à recontextualiser les droits reste chez Singer conditionnelle de son spécisme et d'autres prises de position morales propres à l'utilitarisme. Ces éléments sont difficiles à accepter pour certains, et de fait ne font qu'introduire de nouveau des éléments moraux dans le cadre qu'on voudrait fondamentalement juridique.
Dans ma présentation, j'aimerais défendre une conception purement positiviste (au sens du positivisme juridique) des droits de l'animal, en m'inspirant des travaux de N. MacCormick, M. Tushnet et de M. Kramer, sans donc aucune référence à des droits moraux quelconques.

Charlotte Hay, Université de Leicester,
« Socialism and Animal Advocacy: A Historical Perspective »
Singer's utilitarian account of animal liberation has been challenged by rights-based approaches such as Regan's. Both, however, share a liberal pedigree, with a focus on individualism, rationalism, and liberty, resulting in a tension between personal freedom and animal rights. Arguably the animal protection movement has followed suit, favouring individual, personal reform campaigns and legislative approaches aimed at improving welfare. Attempts to counter the dominance of the liberal approach (such as the care-based ethics approach of Adams and Donovan (1994), or political economy approaches such as that of Torres (2007)) remain on the fringes. This paper provides a fresh perspective on the debate, using an original, historical analysis of the links between socialists and animal advocacy in Britain from 1850-1990. The paper predominantly focuses on the Victorian/Edwardian era, and the Ethical Socialists associated with Edward Carpenter, the Humanitarian League, and the Independent Labour Party (ILP). This link has dwindled over the years, with the exception of individuals such as Tony Benn and Henry Spira, and finds little resonance in contemporary animal advocacy. Based on the writings of such individuals, the paper elaborates the connections they perceived between their socialism and their concern for non-human animals, raising the question of how far animal advocacy ought to be regarded as a political rather than a moral concern, and a revolutionary rather than an evolutionary endeavour. Based on the lost socialist themes highlighted in this analysis, the paper then makes suggestions for a new socialist approach to animal liberation, addressing some of the areas that the liberal approach has so far failed to adequately address, such as questions of liberty and agency.


Personnes connectées : 1